Mandat du SECO: promouvoir une croissance inclusive et durable

Le mandat du SECO est de favoriser une croissance économique durable et inclusive. Ceci afin d’offrir aux habitants des pays partenaires de nouvelles chances et perspectives, et d’endiguer les risques globaux. 

Le SECO est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions de politique économique, y compris dans le domaine de la coopération et du développement économiques. Il a pour mandat de favoriser une croissance durable et inclusive dans ses pays partenaires. Autrement dit, la croissance doit profiter à tous les groupes de population sans compromettre la prospérité des générations futures. Cela permet de réduire la pauvreté et la fragilité. Et aussi d’endiguer les risques globaux, comme les crises économiques et financières ainsi que le changement climatique. Les nouvelles perspectives qui s’ouvrent sur place permettent également de s’attaquer aux causes des flux migratoires.

Une femme et un homme démontent un appareil électronique.
Centre de recyclage en Colombie: une économie sur le chemin d'une croissance durable crée des emplois accessibles à tous dans des entreprises qui respectent l'environnement.

Coopération avec les pays en développement

Le SECO soutient les pays partenaires à créer des emplois de qualité. Il permet à l’État de développer des institutions efficaces et de fournir des services publics efficaces. Il contribue à renforcer la compétitivité et le commerce durable au niveau mondial et promeut une activité économique respectueuse du climat. Le SECO s’engage également pour que ses pays partenaires deviennent plus solides. Ainsi, ils sont mieux en mesure de faire face aux crises économiques et financières et au changement climatique.


Le SECO promeut une croissance économique respectueuse du climat qui bénéficie à toutes les couches de la population et n'hypothèque pas la prospérité des générations futures.


Coopération avec les pays en transition

L’objectif est de soutenir une sélection d’États de l’Europe de l’Est dans leur transition vers des systèmes régis par la démocratie et l’économie de marché. Tous ces pays partenaires ont un passé communiste. Ils visent le changement social et économique auquel ils aspirent depuis la chute du mur de Berlin.

En dépit d’importants progrès, ils ont encore du retard pour les réformes (p. ex. du service public) et doivent faire face à de nouveaux problèmes. D’une part, les réformes risquent d’être insuffisantes ou d’aller dans la mauvaise direction. Ce qui décevrait les attentes de la population. D’autre part, la nécessité de réduire la pauvreté et les inégalités demeure.

Pays partenaires, mesures complémentaires et thèmes globaux

70 pour cent des personnes vivant dans l’extrême pauvreté dans le monde habitent dans des pays à revenus moyens. Ces pays font également face à des problèmes écologiques très urgents. C’est pourquoi le SECO se concentre sur des pays partenaires relevant de cette catégorie: huit au Sud et cinq à l’Est. Des mesures complémentaires sont mises en œuvre dans une sélection de pays prioritaires de la DDC ou prises au titre de la politique de libre-échange de la Suisse. Le SECO est aussi actif sur les thèmes globaux, comme les finances et le commerce, le changement climatique, l’eau, la sécurité alimentaire et la migration.

Contribution à l’élargissement: solidarité et intérêt propre

Depuis 2007, la Suisse participe à la réduction des disparités économiques et sociales dans l’UE  élargie. Les pays partenaires de la contribution à l’élargissement sont les treize États ayant adhéré à l’UE à partir de 2004. Fin 2017, dix de ces États ont clôturé les projets correspondants avec succès.

L’engagement de la Suisse constitue un investissement dans la sécurité, la stabilité et la prospérité en Europe. Parallèlement, la Suisse renforce ainsi encore davantage la base de ses relations économiques et politiques avec l’UE et les États partenaires. Au terme d’une procédure de consultation ayant recueilli une grande majorité d’avis favorables, le Conseil fédéral a approuvé le message relatif à la deuxième contribution de la Suisse en faveur de certains États membres de l’UE en septembre 2018. La décision relative aux crédits-cadres ad hoc est désormais entre les mains du Parlement.

Dernière modification 29.03.2019

Début de la page

https://www.seco-cooperation.admin.ch/content/secocoop/fr/home/strategie/orientation/mandat.html